Manipulation

Dernière mise à jour : 16 nov.




C'est le livre de Christel Petitcollin : "Pourquoi trop penser rend manipulable" qui a fait remonter mon intérêt pour ces "morveux" (morveuses) comme les appelle l'auteure. Après plusieurs transits, l'ouvrage avait, je ne sais pas par quelle magie, atterri dans mes mains.





La manipulation : ma définition ?


C'est l'emprise qu'une personne peut avoir pour contrôler les actions et les émotions d'autres personnes. C'est une prise de contrôle du mental, qui vise à détériorer les capacités d'un individu à recevoir et gérer les informations. Le but ? Le mener à se comporter comme le veut le manipulateur (la manipulatrice), c'est une prise de pouvoir sur la vie d'autrui. Lorsque la manipulation perdure dans le temps, la victime - à son insu - devient dépendante de son 'agresseur'.

Il y a plusieurs niveaux de manipulations et les incidences épousent elles aussi différents niveaux.



Au fil de ma lecture, au fil des pages s'est construite la personnalité d'un manipulateur. Mais aussi celle de la victime.

On ne se rend pas toujours compte que l'on est manipulé. La méthode utilisée est progressive, insidieuse. Elle fait appel à la persuasion avec un jeu de dosages qui rend les impacts imperceptibles. La victime du manipulateur n'a pas conscience de la suggestion extérieure. Elle est persuadée que ses réflexions, ses comportements émanent d'elle-même, persuadée de contrôler ses raisonnements, ses décisions, ses actions.

Son entourage voit la victime glisser vers un changement de personnalité, elle perd son identité. Au bout de quelques années, on est tenté de prononcer certaines phrases : "je ne la (le) reconnais plus", "elle qui aimait tant sortir, elle ne bouge plus", "elle était active, elle ne fait plus rien", "elle était entourée, elle est seule", etc.




Alors ? Comment savoir que l'on est manipulé ?

En observant la vie que l'on mène et les personnalités qui tournent autour de soi. Se poser la question : "comment j'étais... quels étaient mes centres d'intérêts, mes passions, mes amis, qu'en reste-t-il ?" Bien sûr, on a pu changer certains critères, certaines activités, mais d'autres viennent combler les vides occasionnés. Mais si un équilibre est rompu, il faut aller plus loin dans la réflexion. Sondez les points suivants :

  • Socialement (votre famille, vos amis et personnes que vous rencontrez épisodiquement)

  • Professionnellement

Une alarme devrait venir vous chatouiller si votre champ d'action est étriqué, si le nombre de personnes qui gravite autour de vous est réduit. Deux ? Trois personnes ? Observez-les.


Comment reconnaitre le manipulateur ?



On ne lui apprend rien, lui seul sait, les autres sont des imbéciles. Il ne se remet jamais en cause. Il se présente comme quelqu'un d'idéal.

Il a la fâcheuse tendance à se valoriser en dévalorisant les autres.

Il n'aime pas les sorties en groupe. Il y parlera peu, observera et une fois le calme revenu, il critiquera beaucoup. Il a un sens critique hyper développé et penche vers le négativisme.

Il n'a aucune confiance dans les autres. Il est suspicieux et va parfois épier. Il jubile lorsqu'il prend quelqu'un en défaut.

Il n'a confiance en rien, protège son "espace", multiplie les systèmes de surveillance, met des barrières, en interdit l'accès (parano !).

Il a une humeur en dent de scie et pique des belles colères (il a de la voix !)

Il divise. Pour régner il fait le vide autour de sa victime, la coupe petit à petit des autres en les critiquant.



Il a une fâcheuse tendance à utiliser "l'effet miroir" : Il affuble les autres des défauts, biais, intentions qu’il a en lui et qu’il ne sait pas gérer. L'erreur n'est pas son fait, mais toujours celle de quelqu'un d'autre. Il ne ment pas, les autres mentent. Il n'est pas idiot, les autres n'ont pas de cerveau, sont cons, etc.



Les ponts avec votre famille, avec vos amis sont coupés ? Posez-vous des questions ? Pourquoi ? Comment en êtes-vous venu.e à critiquer des gens qui vous ont accompagné.e pendant des années ? Bien sûr, on fait des choix dans ses relations. Au cours d'une vie, des gens s'éloignent, mais d'autres apparaissent. D'où émane le raisonnement qui vous a conduit à juger, à critiquer tous ces proches que vous avez finalement éloignés ? Votre vie sociale s'est éteinte peu à peu ? L'isolement crée un déséquilibre qui peut aller jusqu'à engendrer de façon inconsciente un mal-être physique. Vous souffrez ? Une maladie s'installe ? Dans son livre "Un cerveau à 100%", le neurobiologiste Eric Braverman dit : "La tête est rattachée au reste du corps. C'est un fait anatomique indiscutable. Pourquoi alors tant de soignants oublient-ils, quand ils traitent un symptôme ou une pathologie, l'existence de la tête et du cerveau qu'il abrite ?" *1

Interrogez-vous.


Le manipulateur est un vampire. Il lie sa victime par diverses tactiques psychologiques, prend possession de son mental.


Et dans tout ça, que devient la victime ?


Il lui est difficile de réagir. D'abord parce qu'elle n'a conscience de rien. Elle va peu à peu adopter une vitesse de croisière pour vivre à côté du manipulateur. Son cerveau va créer des automatismes qui vont l'installer dans des "habitudes" de comportements. Certains de ses comportements vont lui permettre d'accepter certaines douleurs, d'en diminuer d'autres. La souffrance, qu'elle soit psychologique ou physique, est son lot quotidien.


Cette vie chaotique dans la douleur finit par lui sembler la normalité. Elle est comme anesthésiée.



Et au bout d'un certain temps se développe une empathie de la victime pour son agresseur. Elle va lui trouver des tas d'excuses.

Si elle sent qu'en deçà du cercle "victime-agresseur" tournent des personnes qui soupçonnent une manipulation, elle imagine des stratagèmes pour détourner les soupçons. Elle ment et entre dans un jeu qui malgré tout va la déstabiliser, l'enfermer un peu plus encore.


Si vous êtes victime ou si vous avez une suspicion, je vous invite à lire le livre de Christel Petitcollin.

"Pourquoi trop penser rend manipulable". Il donne un éclairage pour ne pas se tromper de cible.

On ne peut pas soigner un individu manipulateur.


Pour ne pas y laisser votre peau (et celle de vos enfants si vous êtes manipulé par un compagnon, une compagne, un conjoint), je serais tentée de reprendre ses mots : Barrez-vous ! Fuyez ! j'ajoute : au plus vite !


D'autres lectures :

Les 10 facettes de la manipulation - Marie Andersen


Le pervers narcissique et son complice - Alberto Eiguer


Influence et manipulation - Cialdini & Guyon


Les parents manipulateurs - Isabelle Nazare-Aga


Un podcast qui peut vous donner des informations : Le Démanipulateur (ledemanipulateur.com) et un lien vers un épisode faisant prendre conscience des effets de la manipulation sur un enfant Episode 14 - Parents toxiques, les conséquences sur votre vie d'adulte (ledemanipulateur.com)


Afin de bien comprendre l'impact des méthodes manipulatoires sur le cerveau, je renvoie les gens que ça intéresse vers les ouvrages que j'ai listés sur le post


Les fonctions cognitives



*1 Le livre m'a passionnée. J'ai été tout spécialement interpellée par cette théorie du Edge Effect, développée par le Dr Rodolfo Llinas, sur laquelle je reviendrai probablement dans un post prochain.



20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout