Ego, ce tout petit mot de 3 lettres - 2/2


E.G.O. Trois lettres, mais que de complications si l'on passe à côté de sa perception ... J'ai défini l'Ego dans le post précédent. Se mésestimer ou se surestimer peut conduire à la catastrophe. L'astuce pour que tout coule de source, c'est de trouver le juste équilibre. Comme me disait ma petite fille : "tout ça, ce sont des mots, mais ça ne me dit pas comment on fait ?"



En règle générale, chez tout être humain, l'ego n'aime pas se sentir coupable. Il va chercher à se justifier. Il arrive même fréquemment qu'il transforme la vérité pour argumenter. Chez certaines personnes à l'ego démesuré, il va utiliser tous les moyens possibles prouver aux autres qu'il n'est pas en faute. C'est la faute des autres, ou à la rigueur, la faute à personne, mais sûrement pas sa faute à lui/elle.

Si on lui oppose une autre façon de voir les choses que la sienne, il se cabre, se sent agressé et multiplie les systèmes pour amener l'opposant à adopter son point de vue. Certaines personnes n'acceptent ni les critiques, ni même les conseils !


Pour répondre à la question de ma petite fille : comment on fait pour permettre un équilibre ?


La prise de conscience



Observez-vous :

Vous êtes souvent dans la critique des autres. Ce qu'ils sont, ce qu'ils disent, ce qu'ils font ? Vous critiquez des situations, des états de faits. Au pire, vous critiquez tout !

Bien souvent, on critique pour se rassurer :

- soit on sait bien qu'on est pas au top et en relevant les faiblesses des autres, ça rassure -> "y'a pas que moi" on se sent moins seul.e. On se fond dans la masse.

- soit on adopte le système que j'appelle "descendre les autres pour se faire mousser". En effet, ayant des capacités personnelles limitées, on abaisse la valeur des autres (parfois, on cherche à les "casser") de façon à se sentir mieux qu'eux : "C'est un connard, il n'a pas de cerveau..." (moi, j'en ai un, même s'il n'est pas très performant, mais c'est toujours mieux que pas de cerveau du tout)

"Il n'est pas fichu de trouver un boulot" (moi, je travaille 6 mois de l'année, mais c'est toujours mieux que de ne pas bosser du tout).


Ecoutez-vous et s'il s'avère que vous êtes adeptes des comparaisons et de la critique, ça devrait vous mettre la puce à l'oreille !



J'ai lu à plusieurs reprises, lors de mes recherches en matière de développement personnel, la métaphore de l'arbre. J'avoue qu'elle me parle. Pourquoi ?

Un arbre sain est bien enraciné dans le sol. L'ancrage est important tout au long de sa vie, un bon ancrage permet de résister aux vents et aux tempêtes. Nous devons nous aussi nous constituer un socle solide, qui nous permettra d'accroitre notre rayonnement.

Puis, l'arbre se déploie. Un bel arbre se doit de rester droit pour que se déploient des ramifications. Pour nous, ces ramifications seront les nombreuses voies qui s'offrent à nous, dans de multiples domaines, des chemins que nous allons explorer, en restant droit (dans tous les sens du terme). L'objectif, bien sûr, ce sont les fruits que nous allons récolter. De beaux fruits goûteux, qui nous apporteront joie, satisfaction, plaisir, bonheur, des fruits gagnés en toute intégrité, sans manipulation, sans faux-semblant, dans le respect de soi... et le respect des autres.



L'an dernier, j'ai suivi un programme d'auto-hypnose dans laquelle était proposée une autre métaphore : celle de "l'Escalier". J'ai retrouvé cette image plus récemment lors d'une démarche auprès d'une thérapeute pratiquant une méthode d'Hypnose Ericksonienne. Si, lors de ma première approche, le système m'a laissée perplexe, j'avoue que la deuxième approche s'est avérée, effectivement, un outil puissant ! Je pense que le contexte accueillant, super confortable, et les suggestions personnalisées émises par Marylène ont été un plus (+) déterminant dans la progression évidente de la thérapie. Le premier support (Dreaminzzz) reste intéressant à plusieurs niveaux, bien sûr, et agréable à utiliser quotidiennement chez soi. Mais pour moi, il ne peut exclure les rencontres avec Marylène.

Dans les deux cas, la méthode consistera non pas à vous apprendre quelque chose, mais plus précisément à vous mettre en condition pour recevoir ce quelque chose.



Introspection

On a déjà vu le terme dans un autre post. J'y reviens avec une autre approche. Le but est toujours une observation intérieure. Mais l'outil propose une démarche assez originale pour accéder à cet "intérieur". Quitter la lumière pour entrer dans l'ombre, dans cette partie de soi que l'on se cache. Aller sonder l'inconscient pour révéler la conscience.

D'aucuns diront que ce sont des mots. Et pourtant ! Au cours d'une journée, combien de pensées viennent nous parasiter ? Des milliers. Et vous ne vous souvenez en définitive que d'une poignée. Les autres émanent de notre subconscient/inconscient. Nous passons beaucoup de temps en pilote automatique. Le but est d'entrer dans cette zone de ténèbres à la recherche de la conscience.


Travailler sur soi.

"Dépasse ta peur pour trouver l'ouverture d'esprit."

N'ayons pas peur de ce que nous allons découvrir dans ce voyage intérieur. N'ayons pas peur de nous révéler nos failles, nos faiblesses. C'est seulement en dépassant cette peur qu'on arrive à trouver la paix intérieure.



Et puis, j'ajoute à tout ce qui précède que toute démarche nécessite une première chose :

accepter de se remettre en question, ça coule de source. Se remettre en question de temps en temps, c'est se permettre de progresser dans sa vie.


Qui ne se remet jamais en question ?


Les gens qui manquent d'empathie.

Les personnes qui ont du mal à accepter les difficultés, à accepter la vie telle qu'elle est et non telle qu'ils veulent qu'elle soit. Les gens qui n'acceptent pas leurs faiblesses, défauts, leurs erreurs.

Ceux qui n'acceptent pas le changement (par exemple, de changer d'attitude, de changer d'habitude, changer de cadre etc.) Ceux qui n'acceptent pas d'avoir parfois une part de responsabilité dans un évènement, une situation, une circonstance. Et puis, il y a aussi les psycho-rigides. Le psycho-rigide peut glisser vers le type manipulateur ou encore vers le type dictateur. Le psycho-rigide crée une tension autour de sa/ses victime.s. La victime se fane, s'éteint, s'efface.


C'est une erreur de croire que vous êtes parfait, que tout ce que vous faites est juste. Savoir se remettre en question est une qualité. Décider d'un changement est une force.


Ce post n'est que le fruit de mes réflexions personnelles après divers parcours (livres, séances de thérapie, documents conférences vidéos, entretiens...) - Je n'affirme rien, je n'impose rien.

Chacun est complètement libre d'adhérer entièrement, partiellement ou pas du tout.

Il n'y a pas UNE vérité, mais des tas de vérités... Celle-ci est la mienne, pas forcément celle de mon ami, pas forcément celle de mon cousin, pas forcément celle de mon voisin.

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Lectures