Vivre mieux en changeant ses pensées


La neuroplasticité, c’est la faculté qui permet au cerveau de modifier sa propre structure et son fonctionnement en réaction à l’activité et à l’expérience mentale. Oui, nous pouvons modifier le « cablage » des neurones, nous pouvons réorganiser de manière importante de nouvelles connexions. Les connexions existantes peuvent se défaire et être remplacées par de nouvelles. Cela vous offre de l’espoir si vous voulez changer vos mauvaises habitudes. Concrètement, on va dire que votre cerveau est capable de « désapprendre » ce qu’il a « imprimé » et mis en place. Norman Doidge, psychiatre, psychanalyste et chercheur à l’Université de Toronto et à l’Université Columbia à New York, prétend que le cerveau répond à un principe « use it or lose it» qu’on peut traduire par : "Utilisez-le ou perdez-le, c’est à dire que ce qui ne sert pas s’atrophie".

Pendant 400 ans, on a considéré le cerveau comme un organe immuable. Les scientifiques pensaient que les circuits neuronaux étaient définitifs. C’était une « machine » qui avec l’âge s’usait, et toute tentative pour préserver le cerveau du déclin par une activité mentale ou physique apparaissait comme superflu, comme une perte de temps.

Une première génération de neuroplasticiens dispose depuis quelques années d’instruments qui ont permis d’observer les activités du cerveau vivant, et ils ont découvert qu’en fait, en travaillant, le cerveau se transforme.

Aujourd’hui, une deuxième génération de neuroplasticiens a concentré son énergie à la compréhension et l’exploitation des pouvoirs fantastiques du cerveau.

La guérison d’un individu par l’esprit et l’énergie a toujours été au centre de la médecine orientale. Ce n’est qu’aujourd’hui que les chercheurs commencent à comprendre et à appréhender le fonctionnement de ces pratiques ancestrales. Ce n’est qu’en étudiant les pratiques de médecine chinoise traditionnelle, méditation, arts martiaux, yoga, tai-chi et pratiques de médecine énergétique, que les neuroscientifiques ont découvert comment aborder la neuroplasticité. Les occidentaux rejetaient toute idée d’une quelconque influence de l’esprit sur le cerveau.

Aujourd’hui, le corps et les sens sont utilisés comme principales voies de transmission d’énergie et d’information vers le cerveau. Aujourd’hui, on considère le cerveau comme notre logiciel, et le corps exécute les ordres qui en émanent. L’ organisme, alerté par nos sens, envoie des signaux à notre cerveau, qui les traite et renvoie des messages pour déclencher une réaction de notre corps. Il y a en fait une communication constante entre notre cerveau et tout le reste de notre corps. On sait aujourd’hui que nous pouvons influer sur les mécanismes de notre cerveau, sur les connexions. Nous pouvons influencer le choix de nos pensées, et donc guider nos émotions, les maîtriser. Les méthodes de développement personnel sont multiples et accessibles à chacun (livres, podcasts, internet…). La méditation (que l’on peut pratiquer en dehors de toute spiritualité), offre des ressources inestimables pour acquérir, développer ou entretenir toutes ces notions visant à atteindre équilibre, sérénité, paix de l’esprit, bien être.

Toute activité cérébrale ou physique est utile si elle fait travailler la concentration, les capacités d’anticipation, de réflexion, de planification etc. Il est recommandé de choisir des activités très variées, pour que le cerveau découvre et enregistre un maximum d’informations et en découvre régulièrement de nouvelles. Votre cerveau restera en forme longtemps !

16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Pastel