top of page

Accepter ses émotions


Annette Thomas - Carnet de vie - développement personnel - changer de vie

Colère, angoisse, tristesse, on a tendance à juger nos émotions acceptables ou inacceptables. Les émotions agréables, pas de souci, on sait très bien les gérer.

Mais qu'en est-il des émotions qu'on dit négatives ? Vous aurez beau invoquer tous les dieux et toutes les déesses de la Terre et du Ciel, rien ne vous empêchera pour autant d'essuyer des revers plus ou moins douloureux. Alors oui, il vous arrive très certainement de vous se noyer dans les émotions telles que la honte, l'agacement, la frustration, la culpabilisation, la tristesse ou le chagrin, l'angoisse ou la peur... et j'en passe. Vous tapez du pied, vous criez, vous pleurez... Je dis bien que vous vous noyez parce qu'en définitive, vous êtes tellement occupé à ces émotions désagréables, que vous consommez du temps, de l'énergie et que tout ce temps et cette énergie investis ici, c'est autant de temps et d'énergie utilisés à des fins qui ne vous servent pas. Vous bouffez de façon inutile des atouts dont vous avez besoin pour servir d'autres objectifs, plus utiles pour vous.


Annette Thomas - Carnet de vie - développement personnel - changer de vie

Toutes ces émotions, on a tendance à se dire qu'elles ne sont pas normales, qu'elles ne sont pas acceptables, on rue dans les brancards ! Et face à ces états de troubles déplaisants au possible, rien ne va plus. C'est souvent un enchaînement d'emmerdements dont il semble qu'on arrivera pas à se sortir.

Pourtant, il y a une autre façon de réagir face à ces émotions certes fort peu agréables. On peut tout à fait considérer ces pensées et émotions comme un phénomène naturel, un phénomène humain. Nous vivons tous et toutes à un moment ou à un autre des circonstances stressantes. Se dire que cette émotion est un phénomène normal en face d'une pareille circonstance, permet de réagir de façon efficace et de ne pas tomber dans la rumination, de ne pas nourrir l'émotion, de ne pas se flageller et s'autodétruire.

Annette Thomas - Carnet de vie - développement personnel - changer de vie

Le cerveau de tout individu est programmé pour se bloquer face aux difficultés. Mais ce mécanisme de blocage émotionnel est un système de défense qui nous empêche de contrôler l'émotion. On part dans la peur, la colère, l'agacement, le stress qui vont monter crescendo, nous portant à des actions qui peuvent parfois s'exprimer de façon démesurée chez certaines personnes. Avant de sombrer dans ce crescendo, il est utile de reconnaître l'émotion dès son apparition. Se dire consciemment : "Ha ! Je suis en colère" ou "Je suis si triste et pleine de chagrin". On doit être capable de nommer l'émotion.

L'émotion, au départ, est une énergie qui est sensée nous délivrer un message. Rien de plus. C'est une alerte. Mais les règles de notre société nous ont appris à classifier les émotions. Il y a celles qu'il est bien d'avoir, et celles qui ne sont pas "autorisées". Je vous propose d'oublier ces règles. Et si l'on se disait : il n'y a pas d'émotions positives ou négatives mais seulement des émotions qui nous invitent à réagir pour notre bien.


Annette Thomas - Carnet de vie - développement personnel - changer de vie

Dans une émotion il y a 3 phases : 1- Une phase inconsciente pendant laquelle le cerveau analyse et interprète d'une façon ou d'une autre ce qui arrive. 2- Puis, le corps se prépare à réagir. On le fait inconsciemment (automatisme ou pulsion ou instinct). Il y a une décharge émotionnelle (production d'hormones, cris, larmes, coup de poing ou fuite). 3- C'est la dernière phase, et c'est là seulement que notre conscience se met en route et qu'on ressent les sensations, à ce moment-là qu'on prend vraiment conscience de ce qui arrive.

Ce processus montre que le corps agit avant la prise de conscience. Si la phase 3 est occultée, l'émotion se bloque. Le cerveau a envoyé le message d'alerte et vous n'en avez rien fait : - soit parce que vous n'avez pas reconnu ce message. - soit parce que vous l'avez nié le message. - soit parce que quelqu'un vous a interdit de tenir compte du message. Le message d'alerte va monter en intensité, il va durer, persister et se transformer en un sentiment qui va occuper une place trop grande, générant un stress, une angoisse, une déprime, une dépression... Alors surgissent les ruminations à l'infini, les obsessions. Pensées bloquées, comportements désordonnés, répétitifs, luttes intérieures, résistances, mal-être. Ce blocage émotionnel est une véritable barrière qui vous empêchera d'avancer dans votre vie.


Annette Thomas - Carnet de vie - développement personnel - changer de vie

Comment faire pour accepter ses émotions ?


Accepter ses émotions, vous l'aurez sans doute compris, ce n'est pas accepter de vivre son angoisse ou sa tristesse à bâtons rompus. Ce n'est pas pleurer pendant trois heures, ou accepter d'être en colère et injurier votre voisin ou lui taper dessus. Accepter ses émotions, ça veut dire prendre conscience que l'on est triste ou en colère ou angoissé.e, seulement prendre conscience. Ne pas en avoir honte, ni se juger mauvais parce que l'on est triste ou frustré ou en colère.

C'est être capable d'identifier l'émotion et de la nommer. C'est se dire qu'on est pas forcément moche parce que l'on a cette émotion. On a le droit d'avoir des émotions quelles qu'elles soient, c'est normal et naturel. Cette émotion définie et acceptée, on peut alors passer à la suite : faire intervenir la maîtrise de soi.

Observez la situation : dans quel contexte s'est déclenchée l'émotion. Analysez votre point de vue et prenez du recul. Votre façon de voir les choses n'est pas universelle. Vos pensées et les émotions liées ne sont que des pensées et des émotions guidées par votre vécu, votre éducation, des règles qui vous sont propres. Qu'est-ce qui a influé sur votre réaction ? N'y a-t-il pas une autre façon de tourner, d'intrêpréter la circonstance ? Qui est en face de vous ? Vous pouvez là encore prendre du recul. Et puis, vous devez vous parler avec indulgence, .

Votre émotion expliquée et acceptée, vous allez pouvoir raisonner avec plus de clarté. Vous vous donnez ainsi toute latitude pour entrevoir des solutions afin d'être constructif.

Annette Thomas - Carnet de vie - développement personnel - changer de vie

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page